Accueil - R2M Ecoutez R2M en ligne !!

26/09/2018 au 01/07/2019L’Archéologie en bulles

L’Archéologie en bulles

Du mercredi 26 septembre au 1er juillet 2019, Petite Galerie

Se glisser dans les pas des curieux et archéologues épris d’Antiquité ; découvrir fortuitement des « trésors » ; exhumer des objets enfouis à différentes époques, les classer puis essayer de les interpréter. Autant d’étapes qui sont l’occasion de montrer comment le 9e art s’approprie les découvertes archéologiques à l’origine des collections du Louvre. Avec Jul, Bilal, Manara, Tardi, McCay, etc.

Chaque année, pendant 9 mois, la Petite Galerie, l’espace d’éducation artistique et culturelle du musée du Louvre, propose un nouveau thème en lien avec la programmation du hall Napoléon et les programmes scolaires. Un choix d’oeuvres mêlant les époques et les différentes formes d’art visent à sensibiliser le regard du public, invité à poursuivre sa visite dans les collections grâce à des propositions de parcours. Pour sa 4e saison, l’exposition de la Petite Galerie fera dialoguer l’archéologie et la bande dessinée, l’art invité en 2018.

Le public pourra, d’un côté, s’approprier la démarche de l’archéologue et, de l’autre, comprendre comment, à leur tour, les auteurs de bande dessinée s’emparent du vaste champ d’étude qu’est l’archéologie. Se glisser dans les pas des curieux, amateurs et archéologues épris d’Antiquité ; découvrir fortuitement des « trésors » ; exhumer des objets enfouis à différentes époques, les classer puis essayer de les interpréter.

Autant d’étapes qui seront l’occasion de montrer comment le 9e art s’approprie, entre réel et fiction, les découvertes archéologiques à l’origine des collections du Louvre.

Informations pratiques

Du 26 septembre 2018 au 1er juillet 2019

Lieu : Petite Galerie, aile Richelieu

Horaires :

Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.

Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Tarif sur place :

Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€ sur place, 17€ en ligne avec accès garanti en 30 minutes.

Renseignements: 01 40 20 53 17


 

07/06/2019 au 06/07/2019Exposition Stéphane Spach

Exposition Stéphane Spach

"D'une nature raffinée"

du 07/06/2019 au 06/07/2019 de 14:00 a 19:00

Avec élégance et esthétisme, le photographe plasticien Stéphane Spach révèle toute la fragilité et la simplicité que les avatars de la Nature représentent.

En collectant, pièce par pièce, les éléments de ses vanités ou bien prise de vue par prise de vue des paysages fragmentaires, il donne à voir la beauté laconique de ce que l'homme tire de la Nature.

Galerie de l'Est 5 Rue des Domeliers 60200 COMPIEGNE Tél. 06 17 89 25 45

contact@galerie-est.fr

http://galerie-est.fr


 

14/06/2019 au 07/07/2019JOSE SAN MARTIN

JOSE SAN MARTIN

Du Vendredi 14 Juin au Dimanche 07 Juillet 2019 à l’espace Jacques-Prévert de Mers-lesBains

Vernissage le Samedi 15 Juin à partir de 18h

José San Martin est un artiste peintre, dessinateur et graveur essentiellement sur bois né à Vilagarcía de Arousa (Galice, Espagne) le 15 avril 1951. Il vit en France depuis 1961, installé aujourd'hui à Vincennes. « Je viens de la mer, j'ai besoin de l'horizon » dit José San Martin pour rappeler qu'il est né « entre mer, montagnes et forêts », à Vilagarcía de Arousa, port naturel de Saint-Jacques-deCompostelle. C'est en effet depuis l'enfance et son besoin d'horizon, confirme Frederik Reitz, que José San Martin « possède le sens des lignes et de l'architecture, ce sens typographique si particulier qui tient à ce qu'on appelle la composition ». Alors qu'il est âgé de 10 ans, ses parents décident de s'établir en France où il suivra des études d'architecture.

Les observateurs ont structuré le parcours de José San Martin en trois grandes périodes : Les années 1970 sont celles de la gravure sur bois, la décennie 1980 est celle de la peinture, l'année 1990 inaugurant l'expression par le livre d'artiste : trois champs séparés donc, gravure/peinture/livre d'artiste, ce cloisonnement étant toutefois fort relatif : si José San Martin n'a en réalité jamais cessé de peindre (huiles sur toiles, techniques mixtes mêlant acrylique, pochoirs et encre de Chine sur papiers marouflés), le livre d'artiste est de même un support d'expression qui le passionne depuis toujours. Mais, à l'instar de la peinture et au-delà précisément du « livre », le « livre d'artiste » de José San Martin devient « un espace, une terre de jeu et de liberté qui s'appelle livre mais qui peut prendre des aspects fort divers ».


 

01/02/2019 au 16/09/2019DES ANIMAUX ET DES GENDARMES

DES ANIMAUX ET DES GENDARMES

Que croyez-vous savoir?

Du 1er février au 16 septembre 2019

UNE EXPOSITION INÉDITE AU CARACTÈRE ANIMAL

Avec ou contre ? Ami ou ennemi ? Utilisation concrete ou imaginaire ? Quelles que soient leurs relations, les animaux et les gendarmes sont liés depuis des siecless C'est cette richesse de liens que l’exposition, s’attachera à dévoiler sur les 200m2 d’espace temporaire, du 1er février au 16 septembre 2019s

DES RELATIONS AUSSI DIVERSIFIÉES QU’ÉTONNANTES

Le chien, le cheval, oui ! Mais pas seulement… Les especes animales et les relations avec les gendarmes sont aussi diversifées les unes que les autress

Mission premiere des gendarmes : lorsque les animaux constituent une menace pour les populations humaines, les gendarmes ont pour mission de protéger ces dernieress Ils interviennent donc contre les animaux dangereux au proft de la populations

Mais les gendarmes ont également à intervenir lorsque des animaux sont eux-mêmes en danger, maltraités ou font l’objet de pratiques illégales (braconnage, trafcs, etcs)s

Dans ce cadre les gendarmes agissent pour les animaux et leur protections

Dans l’accomplissement de ses diverses missions, la gendarmerie est aussi amenée à travailler avec des animaux, qui deviennent des auxiliaires : chevaux et chiens principalement, mais aussi insectes nécrophages, etcs

Enfn, qu’ils soient des caricatures ou des fgures symboliques, les animaux, imaginaires ou non, sont également tres présents dans les représentations liées à la gendarmeries

Ce sont tout autant de facettes animales que l’exposition « Des animaux et des gendarmes » propose de découvrirs L’occasion de lever le doute et de découvrir des aspects insoupconnés de cette collaborations Au fnal, car que croyez-vous savoir ?

DES PIECES D’EXCEPTION POUR UN PARCOURS INATTENDU

Un parcours ludique et immersif proposera au visiteur de découvrir ces relations peu connues méconnues à travers des photos, des anecdotes et des objets issus des collections du musée mais aussi prêtés par des partenaires de renoms Certains pieces exposées seront exceptionnelles, tel que le cheval d’Auzoux, un écorché de cheval en papier mâché du XIXe siecle, destiné aux cours d’hippologie, prêté par l‘école vétérinaire de Maison-Alforts Parmi les pieces rares, le public découvrira également le tableau de Jean-Raymond Brascassat, « Le passage de la girafe à Arnay-le-Duc », en provenance du Musée des Beaux-arts de Beaune, qui retrace l’arrivée de la premiere girafe en France, escortée par des gendarmess Le musée comptera entre autres parmi ses partenaires des institutions telles que le MUCEM, le musée de l’Armée, le Musée du loup - Le Cloître Saint-Thégonnec, les éditions Bambou ou encore le Service historique de la Défenses

INFOS PRATIQUES :

Entrée au musée : plein tarif – 7€ / tarif réduit - 5€ (conditions sur le site internet)

Entrée exposition temporaire : 3 € / Livret-jeux gratuit à l’accueil

Ouvert du lundi au dimanche, sauf le mardi

De 10h à 17h30 (du 1er octobre au 31 mars) , de 10h à 18h (du 1er avril au 30 septembre)

Informations au 01 64 14 54 64


 

15/06/2019 au 22/09/2019HORIZONS SANCY 2019

15 JUIN - 22 SEPTEMBRE 2019

Rencontre de l'art et de l'animalité

Les œuvres contemporaines du Festival Horizons "Arts-Nature" en Sancy ne se contentent pas de sublimer la nature, elles invitent le visiteur à prendre conscience de sa splendeur et de sa fragilité tout en faisant renaître des légendes anciennes. Les artistes utilisent cette peur fascinante, cette répulsion attirante de l’homme face à des animaux sauvages ou légendaires, pour aborder la question de la cohabitation entre l’homme et l’animal.

LEVIATHAN

Créature aquatique monstrueuse et inquiétante, Léviathan renvoie à l’idée de cataclysme proche et imminent. Sa gueule béante est un lieu de passage, une porte vivante vers les Enfers capable d'avaler les âmes. Traverser la passerelle prend alors un sens différent, passage obligé malgré l'idée d'un danger imminent.

Artistes : Camille Bellot et François Pottier

OREE

L’œuvre Orée fait référence à la légende locale du loup de Courlande. Une meute de loups dorés sort du bois et nous annonce que l’animalité envahit notre monde.

Entre fascination et répulsion, le visiteur se questionne : comment faire co-exister ces deux prédateurs que sont l'homme et l'animal? Peut être dans le respect mutuel du territoire de l'autre...

Artiste : Maël Nohazic

LES FLEURS DES BOIS

Grâce à l’énergie puissante de la mémoire de la terre, la nature est généreuse pour créer des fleurs géantes, Les fleurs des bois. Inspirée de la légende du « Bon géant qui aimait les fleurs, l’œuvre composée de cinq fleurs de bois qui flottent sur le lac et s'illuminent la nuit, permet au géant de voir son rêve se réaliser et de pouvoir enfin sentir le parfum des fleurs (à sa taille).

Artiste : Atelier LAPS

https://www.horizons-sancy.com/


 

15/06/2019 au 28/09/2019Totentanz

Totentanz

Exposition de dessins de fernando Gonçalvès-Félix

15 JUIN - 28 SEPTEMBRE 2019

Restitution de résidence proposée par l’Association Grain de Sels à la Maison de l’Amitié France Amérique

Fernando GONÇALVÈS-FELIX est un illustrateur né à Château-Thierry en 1972. Après des études aux Beaux-Arts de Reims, il collabore avec plusieurs revues et fanzines de littératures et de bande dessinée. Il poursuit encore aujourd’hui les illustrations pour la maison d’édition fantastique «La Clef d’Argent». Il travaille essentiellement à l’encre noire avec la technique du «Trait croisé» que l’on retrouve dans les gravures de la renaissance autour d’une iconographie proche de Pieter BRUEGEL et de l’artiste contemporain Zdzislaw BEKSINSKI. Le sujet fantastique est abordé avec une précision et un réalisme déconcertant.

Cette exposition est l’aboutissement d’une résidence de près d’un an au sein de l’atelier de l’Association Grain de Sels à l’Espace d’Activités U1 de Château-Thierry. L’objectif de la résidence étant de poursuivre ses recherches autour du Bestiaire et de proposer une série de dessins en grands formats sur la base d’esquisses en petit format.

Maison de l’Amitié France Amérique 2 place des Etats-Unis

lundi de 13h30 - 18h00 du mardi au Samedi de 9h30 à 18h00 (sauf Vendredi à partir de 9h00), dimanche de 14h à 17h


 

18/05/2019 au 10/11/2019Reims, 1920.1930. Le feu de la création

Reims, 1920.1930. Le feu de la création

Exposition présentée au musée Le Vergeur du 18 mai au 10 nov. 2019

L’exposition Reims, 1920.1930. Le feu de la création présente une sélection d’œuvres montrant la renaissance et le renouveau de Reims après 4 ans de bombardements et de destructions. Reims a su se redresser grâce à la volonté et l’optimisme des habitants. Les artistes ont su rapidement restaurer le passé comme le grand maître Jacques Simon avec les vitraux de la cathédrale, mais aussi innover en faisant de Reims l’un des fleurons de l’art déco. Le terrible incendie de Notre-Dame de Paris projette aujourd’hui une lumière étonnement actuelle sur cette période… Reims, 1920.1930. Le feu de la création est la première exposition présentée au musée Le Vergeur depuis sa reprise en gestion par la ville de Reims, début 2019.

Pour sa première exposition au musée Le Vergeur, l’équipe du musée des Beaux-Arts de la ville de Reims, gestionnaire de l’établissement et de ses collections, s’est intéressée au pouvoir des arts dans l’histoire de la cité, au moment de sa reconstruction, après les désastres de la Grande Guerre.

C’est durant cette période difficile que Reims rassemble des forces vives pour redynamiser et rebâtir la ville détruite. L’Hôtel Le Vergeur en témoigne : il est un exemple concret de sauvetage par son propriétaire Hugues Krafft, fondateur de la Société des Amis du Vieux Reims.

Avec une cinquantaine de pièces appartenant au musée Le Vergeur, à la bibliothèque Carnegie et, essentiellement, au musée des Beaux-Arts, l’exposition évoque le visage de la ville dans les années 1920. Après une rapide présentation des lieux abimés et perdus, le visiteur pourra déambuler dans les rues en travaux, puis découvrir de nouvelles constructions... Tableaux, vitraux, dessins, affiches, verreries et ferronneries illustrent l’espoir d’une ville cherchant à reprendre la main sur son destin à travers un art vivant oscillant entre tradition et modernité avec des artistes tels Ernest Kalas, Jacques Simon, Paul Hubert Lepage, Adrien Sénéchal, Gustave Pierre, Jean Goulden, René Lalique, Paul Bocquet ...

Energie artistique, après le désespoir

Reims, ville martyre, qui reçoit le 6 juillet 1919 la Légion d’honneur et la Croix de guerre des mains du Président Raymond Poincarré, sera reconstruite selon le plan proposé par George Burdett Ford, architecte-urbaniste américain. En août 1919, Reims ne compte plus qu’un tiers à peine de sa population d’avant-guerre. Le retour est difficile pour ces quarante mille habitants. Une fois les vestiges déblayés, les bâtiments destinés aux services publics sont rapidement reconstruits, les commerces et les maisons remis en état. Entre 1922 et 1923, on délivre à Reims plus de permis de construire qu’à Paris. Pour relever le défi de la reconstruction, un grand nombre d’entrepreneurs coopère avec près de quatre-cent architectes.

Aucun style n’est alors imposé et les propriétaires qui ont perçu les dommages de guerre, laissent libre cours à leurs goûts pour la rénovation ou la construction de leurs biens.

www.reims.fr


 

12/03/2019 au 05/01/2020Exposition Paris-Londres. Music Migrations

Exposition Paris-Londres. Music Migrations

Du début des années 1960 à la fin des années 1980, de multiples courants musicaux liés aux flux migratoires ont transformé Paris et Londres en capitales multiculturelles. Paris-Londres. Music Migrations propose un parcours immersif et chronologique pour traverser ces trois décennies décisives de l’histoire musicale des deux villes, et faire résonner un brassage inédit de rythmes musicaux avec les évolutions sociales et politiques, les transformations urbaines et les flux migratoires successifs qui ont marqué l’époque.

Du 12 mars 2019 au 5 janvier 2020, cette exposition explore les liens denses et complexes entre migrations, musiques, luttes anti-racistes et mobilisations politiques. Elle montre comment plusieurs générations d’immigration dans ces deux anciennes puissances coloniales se sont emparées de la musique pour faire entendre leurs droits à l’égalité, revendiquer leur place dans l’espace public, et contribuer aux transformations à la fois urbaines, économiques et culturelles des deux pays.

Véritable expérience musicale et visuelle, Paris-Londres. Music Migrations présente plus de 600 documents et œuvres d’art liés à la musique – instruments, costumes, photos, affiches de concerts, vidéos, pochettes de disques, fanzines… – des prêts d’institutions comme le Victoria and Albert Museum mais aussi des ensembles issus de collections personnelles de musiciens (dont celle de Manu Dibango), un costume de Fela Kuti le « père » de l’afro-beat ou des réalisations de Jean Paul Gaultier.

La playlist de l’exposition fait entendre le reggae-punk de Poly Styrene, le makossa de Manu Dibango, le ska de Desmond Dekker, le R&B de Soul II Soul, le punk sans frontière de Rachid Taha, l’asian underground d’Asian Dub Foundation, le zouk de Kassav’, l’electro-rap de Neneh Cherry, l’afro-reggae d’Alpha Blondy, le reggae légendaire de Bob Marley, le raï moderne de Khaled, le rock métissé des Négresses Vertes…

Musée national de l'histoire de l'immigration Palais de la Porte Dorée 293 avenue Daumesnil 75012 Paris

www.histoire-immigration.fr


 

21/09/2019 au 05/01/2020PHOTAUMNALES Terra nostra

PHOTAUMNALES Terra nostra

le temps de l’Anthropocène

21 septembre 2019 - 5 janvier 2020

La 16e édition du festival photographique les Photaumnales, organisé par Diaphane, pôle photographique en région Hauts de France, se tiendra du 21 septembre 2019 au 5 janvier 2020 à Beauvais et ses environs.

La Terre est certainement le grand défi de notre temps. La puissance de l’Homme est devenue telle, ses impacts sur le climat, la biodiversité et les ressources sont si conséquents que nous sommes entrés dans une nouvelle ère, appelée Anthropocène selon le terme du prix Nobel de chimie Paul J. Crutzen.

Cette dénomination, qui signifie l’ère de l’Âge de l’Homme, rend compte du fait que notre espèce transforme la Planète de telle sorte que cela agit de manière irréversible sur ses processus biogéochimiques.

L’homme crée de nouveaux paysages, intervient sur le climat, vide les océans, bouleverse les écosystèmes, fabrique des êtres vivants d’un nouveau genre. Le monde naturel se transforme en un monde fabriqué par l’espèce humaine, marqué par la vision à court terme et l’exploitation abusive.

L’écosphère, cet ensemble d’écosystèmes où interagissent matière, énergie, et êtres vivants, est ainsi bouleversée. Dorénavant, le futur de la Terre est marqué de façon substantielle par les actions de l’Homo sapiens.

Pour cette édition, les Photaumnales ont choisi d’interroger notre relation à la Terre par le prisme des regards que nous posons sur notre planète.

Avec les travaux de Jocelyne ALLOUCHERIE, Maria Thereza ALVES, Thierry ARDOUIN, Israel ARIŇO, Mathieu ASSELIN, Anna ATKINS, Aurore BAGARRY, Olaf Otto BECKER, Ursula BÖHMER, Karl BLOSSFELDT, Morgane BRITSCHER, Alexa BRUNET, Amélie CHASSARY, Raphaël CHIPAULT et Gilles GERBAUD, Isabeau de ROUFFIGNAC, Margaret DEARING, Mathias DEPARDON, Giulio DI STURCO, Philippe DURAND, Maria ELVIRA ESCALLÓN, François FONTAINE, Benoît FOUGEIROL, Chris JORDAN, Bogdan KONOPKA, Ingar KRAUSS, Olivia LAVERGNE, Kai LÖFFELBEIN, Emile LOREAUX, Pete MCBRIDE, Yves MARCHAND et Romain MEFFRE, Gideon MENDEL, Yoshinori MIZUTANI, Jürgen NEFZGER, Anaïs ONDET, Stefano SCHIRATO, Claudius SCHULZE, Hans SYLVESTRE, Fyodor TELKOV, Ian van COLLER, Michael von GRAFFENRIED, Terri WEIFENBACH, Charles XELOT et les images de la NASA .

Site web : photaumnales.fr